Quelques mots

Je ne peux m’en empêcher.

31 août 2017

Je ne peux m’en empêcher, je souris et je me laisse vite envahir par cette envie juvénile. Je cueille et je souffle. Je souffle comme ce petit vent d’hiver. À ce moment précis je me sens vivante avec ce même petit coeur d’enfant (de 31 ans), j’aime quand ça souffle, c’est frais et doux, j’aime quand ça virevolte, quand ça se chamaille. Mais moi ce que j’aime par dessus tout c’est ce droit que je m’octroie, celui de faire un vœu à chaque fois que je fais ça !

    Répondre

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.