Quelques mots

On ne voit qu’avec le coeur.

9 avril 2017

Petite j’étais fascinée par cette immensité. Je trouvais ça complètement dingue, de l’eau salé et des grains de sable éparpillés sous mes pieds. Marceau s’est certainement posé les mêmes questions en laissant son imagination faire ce qu’il fallait. Il nous a parlé de bateau et de trésor, c’était beau ! On s’est empressé de déchausser les bottes pour courir dans les dunes, on s’est même surpris à se servir du ciré pour imiter les cerfs-volants ! Il riait tandis que moi je râlais. Ses petits doigts sur le sable me demandant de lui dessiner un petit coeur m’ont rappelé ô combien l’essentiel n’était visible qu’avec le coeur alors j’ai souri.

    Répondre

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.